fbpx

Centre Presse : Vienne : une centrale “flotovoltaque” Saint-Maurice-la-Clour

By

Centre Presse : Vienne : une centrale “flotovoltaque” Saint-Maurice-la-Clour

Le site de la centrale photovoltaïque a été inauguré hier sur le plan d'eau du Carrcher du Rochereau. Un projet innovant et unique en Nouvelle-Aquitaine.

La première centrale photovoltaïque flottante de la région Nouvelle-Aquitaine sera construite sur un plan d'eau de six hectares situé à l'extrémité de la carrière Rochereau, exploitée par la société GMS Saint-Maurice-la-Cloure. (voir les chiffres clés dans l'encadré), le second en France après celui de Piolenc (Vaucluse).

7292 modules fabriqués par VMH nergies Chtellerault

Le projet, dirigé par Sergies, filiale du groupe énergétique de Vienne, est présenté comme une opportunité par Emmanuel Julien, président du directoire des Sergies, Michel Pain, maire de Saint-Maurice-la-Cloure, et l'opérateur, en quête de récupération de ces grands espaces disponibles. Points chauds.

Quoil'origine du projet?

Emmanuel Julien: Le projet a été initié en 2017 après avis favorable du conseil municipal de la commune. Nous cherchions à découvrir comment tirer le meilleur parti de ce plan d'eau qui ne peut pas accueillir d'activités touristiques et de baignade. Nous avons finalisé un projet avec Ciel & Terre, société française basée à Lille et spécialisée dans le secteur solaire flottant, pour installer des panneaux photovoltaïques équipés de flotteurs sur l'eau. Cette entreprise est la seule à l'échelle internationale à concevoir ce type de projet.

Qui fabrique les panneaux? Les 7 292 modules sont fabriqués par VMH nergies de Chtellerault. Les travaux d'installation devraient être achevés pour la mise en service de l'usine début mai. Sa puissance est l'équivalent d'une éolienne.

Quel est l'intérêt de cette innovation? La production photovoltaïque sera augmentée d'environ 10% dès qu'elle sera chaude avec le refroidissement naturel des modules possédés sur l'eau. De plus, ces installations sont totalement réversibles et, à terme, peuvent être retirées de l'eau sans laisser d'empreinte. La carrière retrouvera alors son apparence initiale.

Pourquoi cette carrière est-elle née? Michel Pain: Il a été inauguré en 1980 pour alimenter la centrale de Civaux en calcaire avant un projet de restauration de la ville. Nous sommes déjà impliqués dans les énergies renouvelables avec deux bâtiments équipés de panneaux photovoltaïques dans la zone artisanale de l'Arboretum. Et la société Arlot, pour sa part, a déposé un projet de centrale photovoltaïque au sol sur un terrain qui servait de décharge à ses déchets.

Référence: chiffres clés

> Surface d'eau brute: 4,5 ha
> Empreinte d'installation: 3,9 ha soit 75% du terrain
> Puissance: 2,87 MW
> Nombre de modules: 7 292 (0,99 m X 1,988 m)
> Énergie annuelle produite : 3330 MWh / an
> Consommation électrique équivalente : 1700 habitants (hors chauffage)
> Économies de CO2 rejetées dans l'atmosphère: 1000 tonnes de CO2 / an